titre-en-lieu-et.place


De jour de nuit,
parler de tout
l'air de rien

bienheureux l'enfant d'abord effrayé rassuré ensuite qui sent d'aventure ce parfum, plus tard il s'y habituera, confusément il ressent ce désir qui le tiendra jusqu'à ses décisions d'homme mûr ; cela, alors qu'ils quittent le lieu de tôt matin après une nuit sans confort mais joyeuse, ça lui plaît il comprend c'est un début le début de quelque chose une vie la sienne de vie ; une sourde appréhension se mêle à l'excitation ils quittent les lieux abandonnés le hameau de la nuit ils disent pourquoi ne pas commencer la journée par une promenade le long du lac comme Fabrice qui sait qui l'on rencontrera ils disent nous avons tout le temps le lac est tout à côté, ils s'y rendent. Une fois quitté le petit chemin en terre brune, la route principale leur fait croiser rapidement un axe secondaire, un panneau fléché sur la gauche indique Salò, puis, en dessous et en italique, Lago de Garda ; les voitures s'y engagent l'une derrière l'autre. Quelque kilomètres plus loin ils pénètrent dans les faubourgs de la petite ville, via del Duce, cette dénomination suscite quelque étonnement, une ou deux remarques ironiques ; les commentaires se font plus inquiets, l'enfant ressent cette inquiétude dans le ton employé, lorsqu'ils font face au détour d'une ruelle à une banderole tendue sur un mur ou s'étalent les mots il Duce ha sempre ragione, puis une autre credere, obbedire, combatterre, quelques croisements plus tard. Les voitures, arrivées sur une place donnant sur le lac, sont alors stoppées net par des hommes en arme, toutefois amicaux, qui invitent leurs occupants à les accompagner pour fêter un événement impossible à détailler, mais qui semble les mettre en liesse ; ils disent vous voici Piazza amici del populo, venez boire le verre de l'amitié il disent il maestro ne va pas tarder nous avons juste le temps celui-ci dit mon uniforme n'est pas repassé je ne peux pas venir cet autre dit laisse tomber ton uniforme viens fêter le passage de nos amis de France le maestro n'est pas là et tu le connais il voudra lui aussi boire un café serré, peut-être allongé d'un peu de grappa, ça lui arrive, histoire de saluer nos amis et puis il regardera de l'autre côté du lac tu sais avec son air enfantin et il dira ils vont sans doute bientôt attaquer il faut terminer rapidement et puis partir au château il dira je ne veux pas attendre l'attaque de ceux d'en face avec ce petit sourire malin d'enfant...
Pour l'enfant qui écoutait et qui entendait parler d'un maestro au sourire d'enfant, entouré de ces hommes en armes qui les entrainaient, au bord de la Piazza amici del populo, vers un café qui ouvrait ses volets face au lac d'un gris bleuté, tout cela était merveilleux, l'inquiétait mais surtout l'amusait ; il avait compris lui bien sûr ce à quoi ses parents et leurs amis restaient étranger et qui leur serait révélé quelques minutes plus tard à l'arrivée du maestro ; un faune sec et musculeux au visage émacié, au regard concentré, mais amusé à peine saisit-il le motif pour lequel son équipe était plantée là au lieu de se préparer ; alors il sourit aux étrangers et les salua avec une élégance toute princière, comme un Visconti des faubourgs, puis se tourna vers l'un des hommes et lui dit j'ai tout envoyé au labo hier nous recevrons une copie ce soir mais aujourd'hui on tourne comme on a fait hier, ne change rien aux lumières c'est bien comme ça ; à ce moment malgré leur italien médiocre les parents de l'enfant comprirent aussi, ils se détendent pendant que le maestro commande un café serré en leur demandant de l'excuser sa journée sera très chargée d'autant que le temps ne va peut-être pas rester au beau on prévoit des orages... Il boit debout son café tout en donnant des ordres, n'oublie pas de charger tout de suite deux caméras à un petit homme triste qui passe, toi va faire repasser ton uniforme à l'homme qui s'en inquiétait quelques minutes plus tôt et qui lance une œillade mauvaise à l'autre homme ; celui ci hausse les épaules regarde les parents de l'enfant et leur dit et alors il pouvait bien prendre ce café non et le maestro dit non il ne pouvait pas la journée va être longue... Puis il regarde au large on distingue vaguement l'autre rive et il dit ce n'est pas aujourd'hui qu'ils attaqueront, il se tourne vers l'homme, un pli malicieux au coin des yeux...
Peu à peu tous ont déserté le café pendant que montait le soleil puis la petite troupe à l'enfant est retournée aux voitures et s'en est allée.


Ô lecteur, visiteur d'occasion ou décidé, toi qui m'honore de ta présence en ces lieux, quelque virtuels fussent-ils l'une comme les autres, ne rêves-tu pas d'un abonnement à mon entr'ouvroir (potentiel) de littérature ? Adoncque, empresse-toi d'activer le lien suivant ; il te conduira à la page désirée, où te suffira d'inscrire nom et adresse de messagerie pour recevoir, à chaque parution, une missive d'alerte.
-> Diantre, je cours m'abonner !

En lieu et place, Cyril Sauvenay