titre-en-lieu-et.place


De jour de nuit,
parler de tout
l'air de rien

C'est à ce moment précis que Guido m'a dit les étrangers aussi sympathiques soient-ils n'ont rien à savoir de nos affaires et il a ajouté en particulier celui-ci n'oublie pas qu'il a séduit Elena (oui que voulez-vous, tout le monde s'est bien douté qu'il ne séjournait pas au château juste pour profiter de la vue sur le lac, aussi magnifique fut-elle, j'en conviens), imagine, dit il encore, c'est peut être un espion, qui sait, ceux d'en face sont retournés mais qui te dit qu'ils n'ont pas l'intention de revenir ? On n'a jamais pu rien prouver, mais moi je suis certain que c'est en raison de leurs perfidies, quelques médiocres qu'elles eussent été, que nous avons subi la République sociale et toutes ces souffrances inutiles. Alors j'ai ri, un peu malgré moi, mais j'ai ri et puis je lui ai dit que bien sûr, tout le monde le sait ici, son père fut un des très rares résistants, parce qu'il faut bien l'admettre la plupart se sont satisfaits de ce pouvoir grotesque, ils ont fait avec comme on dit, son père donc a été un des très rares résistants, tout le monde le sait lui ai-je dit, et vous aussi d'ailleurs vous le savez pourquoi m'obliger à le répéter, mais que ce n'était pas une raison tout au contraire même. D'autre part je lui ai dit aussi qu'en effet rien n'était prouvé, et même que certains pensaient au contraire que votre propre père, avec quelques autres représentants des grandes familles, s'étaient rapprochés de ceux d'en face afin d'ourdir une alliance contre la République sociale, à quoi il a rétorqué ce que tout le monde soupçonne aussi, qu'ils s'étaient au contraire rapprochés de l'abominable junte de la République sociale pour détruire définitivement la puissance de l'autre rive, et là je me suis emporté, une telle hypothèse était inadmissible, nous sommes ennemis oui mais frères tout de même, nous n'allons pas nous allier à ces parvenus fascistes pour mener à bien nos batailles intimes, voilà ce que je lui ai dit et il est demeuré silencieux mais de ce silence vous savez qui n'augure rien de bon, de cette sorte de silence qui fomente un crime, ou quelque action d'éclat moins terrible mais tout de même bien impressionnante, du coup j'ai fait en sorte qu'il ne prît pas un temps de réflexion trop long et j'ai poursuivi, et j'ai dit que j'avais décidé de mettre en garde ce jeune homme parce qu'au moment où j'avais ouvert la bouche pour parler, il m'avait regardé avec cette curiosité un peu inquiète, celle-là même que nous avions autrefois remarqué chez le maestro quand il était venu ici pour faire son film, ce film consacré à la République sociale et à propos duquel je lui avais dit que l'idée n'était pas appropriée, il y avait ici trop de souvenirs, et puis ceux d'en face ne manqueraient pas de se réjouir de l'exhumation de ces souvenirs, et je lui avais dit, tu te souviens n'est-ce pas de ce que j'ai dit ai-je dit à Guido dont je voyais bien qu'il poursuivait son amère réflexion et que cette réflexion ne me vaudrait rien de bon, non, rien de bon, pour l'en faire sortir de force, le ramener à mes bavardages, quitte à tenir n'importe quels propos, y compris certains plus dangeureux encore, mais n'y prenant pas garde, donc j'ai répété à Guido ce qu'il avait déjà entendu, que j'avais dit à ce jeune homme de se méfier de l'exhumation de ces souvenirs, tout comme je l'avais dit au maestro auparavant, parce qu'alors il y avait aussi le château, et le chemin qui y mène, je lui avais dit, au maestro, vous feriez bien de repartir par où vous êtes venus vous et vos gens vous n'avez rien à faire ici, vous ne connaissez rien de ce pays, le même regard c'est ça qui a fait que j'ai continué de parler à ce jeune homme et je te dis, ai-je dit à Guido, Guido, c'était là ce qu'il convenait de faire, non pas parce que c'était juste mais parce que cette situation nous met en danger, voilà ce que je lui ai dit et je pense que j'ai eu raison de le faire, quelles que soient ses réflexions, après tout je ne dois céder à aucune crainte les parents de Guido étaient tout de même voisins des miens, vous me direz ça ne signifie rien mais si, si, j'insiste, c'est très important, surtout ici vous comprenez, enfin voilà. Quand à ce jeune homme, pour répondre à votre demande, voilà le conseil que je lui ai donné, et dont vous entendrez la pertinence j'en suis convaincu, pour tous les motifs que nous ont légués l'histoire et la géographie, ce conseil des plus simples et des plus avisés, je ne crains pas de le dire, de rejoindre le château non par les terres mais par le lac ; j'étais certain que vous approuveriez cette démarche ; nous savons vous et moi ce que lui coûtera une telle traversée s'il l'entreprend mais nous savons aussi ce qui pourrait lui coûter celle des terres ; entre les deux, point de comparaison. S'il suivra mon conseil je n'en sais rien. Peut-être même ne reparaitra-t-il pas dans nos parages, ce qui, pardonnez-moi, serait le plus heureux ; l'avenir ne manquera de nous l'apprendre... Décidément ce panorama est une merveille... S'il désire en jouir, il s'agit de le mériter, voilà au fond ce que j'en pense pour ma part. Je dois vous laisser maintenant, la nuit vient. Rappelez-vous s'il vous plaît de veiller à ce que Guido ne tente rien à mon encontre, vous savez à quel point cela nous desservirait tous. Je ne dispose pas d'une puissance comparable à la vôtre, c'est entendu, mais de chercher à me nuire pourrait provoquer des événements dont nous ne connaissons ni la teneur ni l'ampleur.


Ô lecteur, visiteur d'occasion ou décidé, toi qui m'honore de ta présence en ces lieux, quelque virtuels fussent-ils l'une comme les autres, ne rêves-tu pas d'un abonnement à mon entr'ouvroir (potentiel) de littérature ? Adoncque, empresse-toi d'activer le lien suivant ; il te conduira à la page désirée, où te suffira d'inscrire nom et adresse de messagerie pour recevoir, à chaque parution, une missive d'alerte.
-> Diantre, je cours m'abonner !

En lieu et place, Cyril Sauvenay