titre-en-lieu-et.place


Il est étrange,
ce sentiment qui est le nôtre,
comme le soleil couchant

8 minutes, parce qu'il fallait bien ça pour rattraper un peu du retard.

Rien ne manque plus que le temps, parfois. D'autres fois, c'est autre chose...

Voici donc, en numéro 1 d'une série qui ne durera peut-être pas — en décideront les circonstances ​une réplique à François Bon, consacrée à Hermann Broch, Les Somnambules.

Je me suis bien gardé de regarder l'épisode de FB consacré au romancier ; je vais pouvoir combler cette lacune !


Ô lecteur, visiteur d'occasion ou décidé, toi qui m'honore de ta présence en ces lieux, quelque virtuels fussent-ils l'une comme les autres, ne rêves-tu pas d'un abonnement à mon entr'ouvroir (potentiel) de littérature ? Adoncque, empresse-toi d'activer le lien suivant ; il te conduira à la page désirée, où te suffira d'inscrire nom et adresse de messagerie pour recevoir, à chaque parution, une missive d'alerte.
-> Diantre, je cours m'abonner !

En lieu et place, Cyril Sauvenay