titre-en-lieu-et.place


De jour de nuit,
parler de tout
l'air de rien

à ce moment précis l'enfant ne savait pas qu'il apprendrait à ne pas aimer les plans de coupe, au risque, bien plus tard, de négliger de mettre de côté les rushes paraissant inutiles et qui lui manqueraient lors du montage ; pour le moment il ne voyait du monde que les marches démesurées d'une ferme abandonnée non loin du lac de Garde, un soir où la petite troupe, fatiguée, sur le chemin de Venise, avait décidé d'un bivouac, devant lui une marche immense et l'assombrissement de l'escalier, tout en même temps inquiet et ravi de l'aventure ; il n'avait aucune idée qu'il se retrouverait, un siècle plus tard, face à l'océan, détaillant les frêles embarcation, invisibles au grand angle, disputant l'espace immense aux cargos dans l'attente de l'entrée au port ; aurait il jamais le sens du détail ? C'était, à n'en pas douter, une interrogation qu'il ne pourrait négliger, un jour, tout comme les atermoiements d'un comédien déconcerté par une réplique pourtant banale. Le sort en était jeté, et sans la moindre bataille, il préférerait l'immensité au détail, l'océan au ruisseau. Mais est-ce si certain ? Face à la marche il y a aussi la rugosité de la pierre et la ferme douceur de la main (tout comme le minuscule corbeau ou l'insignifiante mouette deviennent soudain plus grands que l'océan, tout comme, et leur fragilité face à celui-ci, les pêcheurs sur le dow dans le creux de la vague se font univers, tout comme le sentier au long des falaises, son escarpement périlleux, font sentir sous le pied le destin de chaque gravier, tout comme cette photo jaunie, dont chaque vêtement de chaque personnage conte une histoire singulière, n'est en elle même rien d'autre que le plus insignifiant des détails, aussi insignifiant que la casquette d'un personnage de roman longuement décrite par un romancier sans personnage...)    
L'enfant n'a aucune idée de ce que sera cette photo il n'a aucune idée de ce qu'est une photo il ne sait pas que les sels d'argent peuvent être sensibles à la lumière qui baisse il ne sait pas que quelques décades auparavant un homme a pour la première fois impressionné une fine couche sensible, figeant un pan de toit et un pan de mur sur fond de ciel livide, halos gris dans le blanc du monde, il ne sait même pas que cette marche d'une manière identique se trouvera gravée à jamais dans sa mémoire ni que cette mémoire sera un chemin vers lui-même ; à ce moment précis la photo n'existe pas ; elle ne se trouve pas déjà là, abandonnée par terre dans la cour de cette ferme isolée, et qui attend ceux qui viendraient, non, c'est une photo qu'ils prendront, eux, pas de cette manière courbée dont on prend un objet au sol, déployant son corps, mais de celle, désinvolte, dont on prend le souvenir d'un objet, comme on prend un lieu à emporter avec soi ; cependant ils n'ont rien emporté puisqu'il n'y a pas de marche ni même d'escalier dans cette photo, juste des personnages figés dans l'instant, et si celui qui fut l'enfant grimpant péniblement sur cette marche, qui s'y trouve impressionné parmi ceux qui se trouvaient à cet endroit à ce moment avec lui, peut tout de même trouver quelque intérêt à cette épreuve jaunie c'est au fond en raison de son grain uniquement ce grain d'avant d'avant la révolution la révolution culturelle monde désormais sans grain et qui ne jaunit pas ; c'est triste un monde qui ne jaunit pas. Ce soir puis ce matin celui qui fut cet enfant contemple l'homme dans sa course pourtant il ne regarde pas la photo il préfère s'en souvenir comme il se souvient de l'escalier cela lui paraît suffire ; en fait le jaune de la photo et le gris brun de l'escalier sont une seule et même matière car c'est de matière qu'il s'agit, matière et mémoire, matière de la mémoire, un pan de mur argentique qui traverse les siècles.
Et dans le film parle la voix qui rappelle que l'homme qu'attendait l'enfant n'est autre que lui-même...


Ô lecteur, visiteur d'occasion ou décidé, toi qui m'honore de ta présence en ces lieux, quelque virtuels fussent-ils l'une comme les autres, ne rêves-tu pas d'un abonnement à mon entr'ouvroir (potentiel) de littérature ? Adoncque, empresse-toi d'activer le lien suivant ; il te conduira à la page désirée, où te suffira d'inscrire nom et adresse de messagerie pour recevoir, à chaque parution, une missive d'alerte.
-> Diantre, je cours m'abonner !

En lieu et place, Cyril Sauvenay